Attention
Les horaires d'ouverture variant régulièrement, il est conseillé de consulter la page "Informations pratiques" en cliquant sur « Préparer sa visite » dans le bandeau en haut de page.

ÉRIC LEBRUN Concert aux Grandes orgues Cavaillé-Coll

3 septembre 2017 Concert

Rendez-vous pour concert d'orgue à la basilique Saint-Denis 

Programme du concert

Dimanche 3 septembre 2017
17h00 à 18h00

Louis MARCHAND (1669-1732) - Dialogue en ut majeur (IIIème Livre)

Jean-Sébastien BACH (1685-1750)

Choral «Allein Gott in der Höh'sei Ehr» BWV 663

Jean-Sébastien BACH (1685-1750)

Choral «Nun danket alle Gott» BWV 657

Louis MARCHAND - Extraits du Ier Livre : Basse de trompette

- Tierce en taille – Duo – Récit - Fond d'orgue - Dialogue

Jean-Sébastien BACH

Choral «Herr Jesu Christ, dich zu uns wend» BWV 655

Louis MARCHAND - Grand Jeu (Te Deum IIème Livre)

L’opus 1 d’Aristide Cavaillé-Coll

En 1966, la basilique de Saint-Denis est devenue Cathédrale (siège de l’évêché de la Seine-Saint-Denis), suite à la création des nouveaux diocèses de la région parisienne. Sous l’Ancien Régime, c’était une abbatiale, église de la puissante Abbaye Royale de Saint-Denis. 

L’ancien orgue du dix-huitième siècle, démonté pour être mis à l’abri pendant la Révolution, disparut et différents éléments ont servi à restaurer d’autres instruments parisiens endommagés à la même période. C’est à Aristide Cavaillé-Coll (1811-1899), génial facteur d’orgues du XIXe siècle et auteur de plus de 500 orgues à travers le monde, que revint la construction d’un Grand Orgue neuf en l’abbatiale de Saint-Denis.

En 1833, le tout jeune Toulousain part à la conquête de Paris et remporte le marché face à des concurrents notoires. Les travaux pour la construction d’un orgue de 69 jeux débutent ainsi dès janvier 1834. Le buffet néo-gothique est dessiné par le trop méconnu François Debret, l’architecte chargé de la restauration de l’abbatiale dès 1813, et avant la nomination de Viollet-le-Duc en 1846. 

Inauguré le 21 Septembre 1841, l’orgue regroupe un catalogue de nouveautés conçues par Cavaillé-Coll : la Machine Barker, des pressions différentes selon les jeux, l’usage de sommiers à double-laye (appels d’anches), la construction d’une boîte expressive, la confection de tuyaux dits “harmoniques”. Ce premier instrument de Cavaillé-Coll marque le début de la facture d’orgue romantique.

Représentant un succès foudroyant pour son concepteur, il attire - entre autres visites - celle du célèbre organiste de Breslau, Adolphe Hesse, accompagné de Frédéric Chopin et fait l’objet d’une remarquable critique de presse, signée d’Hector Berlioz. En 1901, Charles Mutin, successeur de Cavaillé-Coll, entreprend le relevage complet de l’instrument et y apporte quelques modifications. Faute d’entretien, l’instrument se dégrade au fil des ans. En Octobre 1977, on suspend l’alimentation électrique ; l’orgue est désormais injouable. 

C’est en 1983 que l’Etat, propriétaire du grand orgue, décide d’un relevage complet. Cette restauration à l’identique s’achève en 1987. L’instrument (69 jeux, 3 claviers et environ 4 200 tuyaux) est inauguré le 9 Octobre 1987. Pierre Pincemaille, nommé - sur concours - organiste titulaire, prend ses fonctions le 29 novembre de cette même année.

Entretenu par Bernard Dargassies (La Manufacture Vosgienne de Grandes Orgues) l’instrument a bénéficié de différents travaux entre 1994 et 1998 dont le remplacement de l’extravagante banquette d’origine, la pose d’une machine Barker au clavier de Pédale, l’éclairage intérieur, et l’accord général de l’instrument. Aucune restauration d’envergure n’a été réalisée depuis.

Agé de 176 ans, le chef d’œuvre de Cavaillé-Coll résiste à l’usure du temps, bénéficiant de trois accords par an et de dépannages exceptionnels. Il participe à tous les offices dominicaux, et se fait entendre ponctuellement en concert. La partie instrumentale et le buffet néo-gothique ont été classés par les Monuments Historiques respectivement en 1948 et 1998.

Plus d’informations : www.pierrepincemaille.fr  

L’association La Voix des Grandes Orgues de Saint-Denis organisateur de l’opération avec le Centre des monuments nationaux (CMN), établissement public du Ministère de la Culture et de la Communication, gestionnaire de la nécropole royale de la basilique cathédrale, avec le soutien de la paroisse cathédrale de Saint-Denis, est heureuse de renouer pour la 4e année avec les concerts d’orgue à Saint-Denis.

Programme du concert

Louis MARCHAND (1669-1732) - Dialogue en ut majeur (IIIème Livre)

Jean-Sébastien BACH (1685-1750)

Choral «Allein Gott in der Höh'sei Ehr» BWV 663

Jean-Sébastien BACH (1685-1750)

Choral «Nun danket alle Gott» BWV 657

Louis MARCHAND - Extraits du Ier Livre : Basse de trompette

- Tierce en taille – Duo – Récit - Fond d'orgue - Dialogue

Jean-Sébastien BACH

Choral «Herr Jesu Christ, dich zu uns wend» BWV 655

Louis MARCHAND - Grand Jeu (Te Deum IIème Livre)

 

L’opus 1 d’Aristide Cavaillé-Coll

En 1966, la basilique de Saint-Denis est devenue Cathédrale (siège de l’évêché de la Seine-Saint-Denis), suite à la création des nouveaux diocèses de la région parisienne. Sous l’Ancien Régime, c’était une abbatiale, église de la puissante Abbaye Royale de Saint-Denis. 

L’ancien orgue du dix-huitième siècle, démonté pour être mis à l’abri pendant la Révolution, disparut et différents éléments ont servi à restaurer d’autres instruments parisiens endommagés à la même période. C’est à Aristide Cavaillé-Coll (1811-1899), génial facteur d’orgues du XIXe siècle et auteur de plus de 500 orgues à travers le monde, que revint la construction d’un Grand Orgue neuf en l’abbatiale de Saint-Denis.

En 1833, le tout jeune Toulousain part à la conquête de Paris et remporte le marché face à des concurrents notoires. Les travaux pour la construction d’un orgue de 69 jeux débutent ainsi dès janvier 1834. Le buffet néo-gothique est dessiné par le trop méconnu François Debret, l’architecte chargé de la restauration de l’abbatiale dès 1813, et avant la nomination de Viollet-le-Duc en 1846. 

Inauguré le 21 Septembre 1841, l’orgue regroupe un catalogue de nouveautés conçues par Cavaillé-Coll : la Machine Barker, des pressions différentes selon les jeux, l’usage de sommiers à double-laye (appels d’anches), la construction d’une boîte expressive, la confection de tuyaux dits “harmoniques”. Ce premier instrument de Cavaillé-Coll marque le début de la facture d’orgue romantique.

Représentant un succès foudroyant pour son concepteur, il attire - entre autres visites - celle du célèbre organiste de Breslau, Adolphe Hesse, accompagné de Frédéric Chopin et fait l’objet d’une remarquable critique de presse, signée d’Hector Berlioz. En 1901, Charles Mutin, successeur de Cavaillé-Coll, entreprend le relevage complet de l’instrument et y apporte quelques modifications. Faute d’entretien, l’instrument se dégrade au fil des ans. En Octobre 1977, on suspend l’alimentation électrique ; l’orgue est désormais injouable. 

C’est en 1983 que l’Etat, propriétaire du grand orgue, décide d’un relevage complet. Cette restauration à l’identique s’achève en 1987. L’instrument (69 jeux, 3 claviers et environ 4 200 tuyaux) est inauguré le 9 Octobre 1987. Pierre Pincemaille, nommé - sur concours - organiste titulaire, prend ses fonctions le 29 novembre de cette même année.

Entretenu par Bernard Dargassies (La Manufacture Vosgienne de Grandes Orgues) l’instrument a bénéficié de différents travaux entre 1994 et 1998 dont le remplacement de l’extravagante banquette d’origine, la pose d’une machine Barker au clavier de Pédale, l’éclairage intérieur, et l’accord général de l’instrument. Aucune restauration d’envergure n’a été réalisée depuis.

Agé de 176 ans, le chef d’œuvre de Cavaillé-Coll résiste à l’usure du temps, bénéficiant de trois accords par an et de dépannages exceptionnels. Il participe à tous les offices dominicaux, et se fait entendre ponctuellement en concert. La partie instrumentale et le buffet néo-gothique ont été classés par les Monuments Historiques respectivement en 1948 et 1998.

Plus d’informations : www.pierrepincemaille.fr 

ÉRIC LEBRUN

Concert aux Grandes orgues

Cavaillé-Coll

L’association La Voix des Grandes Orgues de Saint-Denis organisateur de l’opération avec le Centre des monuments nationaux (CMN), établissement public du Ministère de la Culture et de la Communication, gestionnaire de la nécropole royale de la basilique cathédrale, avec le soutien de la paroisse cathédrale de Saint-Denis, est heureuse de renouer pour la 4e année avec les concerts d’orgue à Saint-Denis.

Remerciements : 

Pierre Pincemaille, organiste titulaire des grandes orgues de la cathédrale

Père Jean Jannin, curé de la cathédrale

Monseigneur Pascal Delannoy, évêque de Saint-Denis

Saadia Tamelikecht, conservateur de la cathédrale

L’ensemble du personnel de la basilique cathédrale

LES PROCHAINS CONCERTS

- 1er octobre : Pierre GRANDMAISON

- 5 novembre : Pierre PINCEMAILLE

avec « le Madrigal de Paris »

direction : Pierre CALMELET

Remerciements : 

Pierre Pincemaille, organiste titulaire des grandes orgues de la cathédrale

Père Jean Jannin, curé de la cathédrale

Monseigneur Pascal Delannoy, évêque de Saint-Denis

Saadia Tamelikecht, conservateur de la cathédrale

L’ensemble du personnel de la basilique cathédrale